Restaurer les objets

Télécharger le dossier de presse complet
Des objets du Titanic nous racontent


RESTAURER DES OBJETS RESTÉS 75 ANS À 3 800 MÈTRES DE PROFONDEUR : UN DÉFI !

 

Emballage rasoir Gillette_EDF Copyright droits réservés

Emballage en papier de lames de rasoir Gillette

Au-delà de 1 000 m de profondeur, les objets sont remarquablement conservés car les phénomènes de corrosion sont ralentis en raison de la rareté de l’oxygène, de l’absence de lumière et d’une température basse. Cependant ils sont fragiles. Une procédure de conservation préventive depuis la remontée à la surface jusqu’au traitement en laboratoire est nécessaire. Les archéologues en charge de la conservation des objets sont, de plus, confrontés à des concrétions très dures (amas granuleux collés) et à la modification de la structure des matériaux, dus au séjour prolongé dans l’eau.

Au début des années 1980, de nouvelles études françaises permettent de traiter des objets immergés avec l’électricité. Les nouveaux procédés font leurs preuves et gagnent la confiance des archéologues subaquatiques. C’est le début de l’intervention de EDF dans la restauration des objets du Titanic. Dès 1987 et pendant 18 mois une équipe de 6 personnes restaure 1 892 objets de toutes tailles et de toutes natures : métal, porcelaine, ivoire, cuir, verre, papier, textile.

En savoir plus sur l’expertise d’EDF

 

Les objets les plus délicats à traiter sont les bijoux composites, car ils se présentent sous les aspects les plus variés que sont l’assemblage de plusieurs métaux, le sertissage de pierres précieuses et semi-précieuses, ou encore des incrustations. Ce collier est une longue chaîne (160 cm) en or 15 carats entrecoupée de 11 perles de style Etrusque. Trois pendentifs placés de façon aléatoire complètent ce bijou :

  • Un médaillon griffé composé en partie haute d’une étoile avec en son centre un diamant rose et en partie basse d’une banderole gravée des mots suivants : « This Be Your Lucky Star »
  • Un cochon porte-bonheur
  • Une étoile modifiée avec au centre un trèfle à 3 feuilles entrelacé. Ce pendentif servait également de fermoir et était serti de 2 perles.

 Collier remonté de l'épave du Titanic avant et après restauration